Delphinium : difficile à cultiver mais d’une beauté inégalée !

André Westendorp, Nico Wigchert et Marcel de Rooij. Trois horticulteurs partageant une même passion : le Delphinium « Lorsque l’épi est en fleur de bas en haut et que la couleur est resplendissante… Peu de fleurs ont autant de présence que le pied d’alouette », nous dit Nico Wigchert.

Pour Marcel de Rooij, La connaissance est quelque chose qu’il faut partager. « Le Delphinium exige beaucoup de travail. D’un point de vue technique, il est très difficile de cultiver une bonne fleur. C’est ce défi que j’aime tant », nous confie Marcel de Rooij de Quality4Flowers à Oude Wetering. « C’est Nico Wigchert qui m’a appris les ficelles du métier. Nico, André et moi-même partageons nos connaissances. Nous avons tous les trois une façon un peu différente de travailler, mais partons toujours du produit : comment obtenir un Delphinium de qualité ? Cette connivence crée des liens. »

Déménagement

Chez Quality4Flowers, vous trouverez des Delphiniums dans les serres mais aussi dehors en pleine terre. « Nous coupons les fleurs de la mi-mai à la mi-novembre. Après la récolte, les plantes sont déménagées de la serre à la chambre froide. C’est là que nous créons notre propre hiver artificiel. Beaucoup de travail, mais cela permet de mieux étaler la récolte dans le temps. En janvier, nous sortons les premières plantes de la chambre froide pour faire des boutures. À partir de février, nous transportons régulièrement des lots de plantes des années précédentes dans les serres. Une plante est ainsi utilisée durant trois ans et elle est remplacée avant qu’elle commence à perdre en qualité. »

« La recherche des fleurs ayant le même stade de maturité nous fait beaucoup marcher : environ 8 km par jour » – Marcel de Rooij

Nico Wigchert : « Toujours à la recherche de nouvelles variétés » « Multiplication, culture et sélection, nous faisons tout nous-mêmes », nous dit Nico Wigchert de Delphiniumkwekerij N.G. Wigchert. « Mon père a commencé avec la sélection du Delphinium elatum (à fleur double) en tant que fleur coupée. C’est de cette variété qu’est née notre série DEWI. Nous sommes sans cesse à la recherche de nouvelles variétés. Des variétés qui doivent être propices à la culture (par exemple insensibles aux maladies) et avoir de bonnes qualités esthétiques », a précisé Nico. « Et je dois aussi aimer cette variété. Un superbe Delphinium qui ne peut pas être mis en culture ne finit pas tout de suite à la trappe. Nous essayons toujours de trouver d’abord une façon de le rendre cultivable. »

Petit tour du champ

Les plantes sont dans la serre mais aussi en plein air : une partie aux Pays-Bas (Noordwijkerhout) et l’autre au Portugal (de sorte que Nico puisse aussi livrer des Delphiniums de bonne qualité durant les mois d’hiver). Les belles soirées d’été, Nico se promène volontiers dans le champ. « Je peux alors examiner tranquillement si les plantes vont bien, si la gaze auxiliaire doit être rehaussée. J’aime aussi voir, le matin, une dizaine de personnes couper les Delphiniums. Tout est alors en mouvement et vous voyez des fleurs partout. »

« Je suis fier de pouvoir exposer nos Delphiniums sur la place Saint-Pierre à Pâques. Ils s’y font remarquer par leur couleur attractive et leur longueur. » – Nico Wigchert

André Westendorp : « Heureux de voir un chariot plein de beaux Delphiniums » L’entreprise de production de Delphiniums d’André et Dorien Westendorp se trouve dans la campagne de la province de Drenthe. Celui qui se promène dans le champ de Delphiniums durant la période de récolte, de juin à environ novembre, y voit une superbe palette de couleurs : du rose de Kissi ‘Lovely Pink’ au bleu intense du ‘Jeans Blue’. « Nous laissons les Delphiniums prendre beaucoup de couleur en pleine terre. Les fleurs n’en deviennent que plus belles. Et elles terminent de s’ouvrir dans le vase », a expliqué André.

Travail nocturne

André et Dorien font à eux deux tout le travail de l’exploitation : du désherbage à la mise en botte des fleurs. Au cœur de l’été, Dorien est dans les champs en train de couper les fleurs, de préférence la nuit ! « Les plantes ont alors absorbé beaucoup d’eau et les tiges sont bien fermes. Une ambiance particulière règne la nuit dans le champ : les chauves-souris planent sur ma tête et une fouine me rend régulièrement visite : ses petits yeux brillent à la lumière de la lampes frontales. » André s’occupe surtout du tri et de la mise en botte des fleurs durant la saison de la récolte. Je suis toujours très heureux à la vue d’un chariot plein de beaux Delphiniums. J’en fais le tour avec une authentique fierté ! »

« Le Delphinium Kissi ‘Lovely Pink’ ha une belle couleur et une structure de tige bien équilibrée ; les fleurs se détachent légèrement de la tige » – André Westendorp

En savoir plus ?

Poser votre question à l’horticulteur

kwekervraag

Recevez chaque mois de l’inspiration dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous.

Nieuwsbrief